paul-ricardDeux ans après le décès de Paul Ricard en 1997, le circuit Paul Ricard est racheté par la société Excelis SA en mai 1999. Après son dernier Bol d’Or en septembre 99, il ferme ses portes au public et aux compétiteurs. Pendant deux années, la nouvelle direction réfléchit et étudie différents axes de rénovation. Le directeur, Philippe Gurdjian, et toute l’équipe du circuit engagent alors un chantier titanesque.

En avril 2001, après le lancement de la toute nouvelle écurie Toyota F1, des travaux d’envergure commencent dans l’enceinte du circuit. En février 2002, ce dernier devient “High Tech Test Track” (HTTT) pour circuit d’essais de haute technologie. La reconstruction est impressionnante de modernité. Les bacs à gravier ont disparu et ont été remplacés par des zones de dégagement en asphalte : un nouveau concept de sécurité qui se verra validé par les hautes instances des sports mécaniques quatre ans après sa création. Ce concept engendre d’autres notions telles que l’intervention des commissaires de piste en voiture, permettant une réactivité bien supérieure en cas d’accident. Le travail réalisé pendant cette période représente une étape importante dans le développement de la sécurité dans les sports mécaniques. Ces nouveaux concepts sont validés par la FIA en 2006, et copiés sur les nouveaux circuits de F1 tels que Bahreïn, Istanbul, Shanghaï ou encore Abu Dhabi.

Le ‘HTTT’ est le premier à se voir décerner le titre de Premier Centre d’Excellence de l’Institut FIA pour la Sécurité en Sport Automobile en 2007. Plus de 30 ans après sa création, le circuit Paul Ricard est redevenu la référence des circuits en termes de modernité et de sécurité pour les sports mécaniques. Il devient le circuit d’essais des écuries de Formule 1 tout au long de l’année. Et s’il n’y pas de courses, il existe toutefois des rendez-vous exclusifs lors des séances d’essais de l’ensemble des écuries de F1. Les invités VIP ont la possibilité de s’approcher des voitures et des pilotes comme ils ne pourront jamais le faire sur un Grand Prix… C’est la magie du Paul Ricard HTTT. Il est également devenu un espace de développement, de loisirs pour les clubs auto et moto, et un circuit de communication largement utilisé pour les lancements de produits des constructeurs auto ou moto ou encore des écuries de F1 ou de sports prototypes. Les nouvelles installations offrent des services ‘haut de gamme’, du loisir VIP, le développement de nouveaux concepts…

C’est désormais un lieu exceptionnel, réservé à une élite du monde de l’automobile. Le premier retour de la compétition se fait en août 2006, grâce à la confiance de Stéphane Ratel qui prendra le risque d’organiser une course internationale FIA GT uniquement avec des invités VIP. Le résultat est encourageant, l’organisateur est ravi, les médias sont séduis, mais il manque ceux qui font vivre les courses : les spectateurs. Cette expérience internationale ne se renouvellera pas à cette période, même si Porsche ou Ferrari organisent des courses clubs hors championnats. Le plaisir des compétiteurs est au rendez-vous, le service est ultra VIP autant pour la restauration ou l’accueil, que pour la sécurité des pilotes ou des écuries et visiteurs.

 

A lire également :

  • » Vidéos 8h du Castellet 2010 - LMS - CER - F3ES
  • » 8 heures du Castellet : L'Audi R15 bientôt en piste
  • » 6 heures du Castellet 2011 : Essais libres
  • » 8h du Castellet : McNish en tête des essais du vendredi
  • » Essais des 8 heures du Castellet : Résultats et Analyse

  • Laisser un commentaire