9782723484305-lDe la naissance des premières voitures artisanales au couronnement suprême au championnat du monde de Formule 1 avec Jim Clark, en passant par la première victoire d’une voiture à moteur arrière à Indianapolis, ce premier volume retrace l’ascension fulgurante de la marque Lotus et de son inventeur que certains considèrent comme le Enzo Ferrari britannique.

« Plein Gaz » est une nouvelle collection de bandes dessinées tournée vers l’automobile. Du récit historico-sportif à la pure fiction, la belle mécanique - sujet principal de chaque album ou simple élément du décor - est l’élément fédérateur de cette collection. Sept titres paraîtront en 2012 (février, juin et octobre).

editorial-editorial-60796Anthony Colin Bruce Chapman, ingénieur britannique passionné de course automobile, fonde sa propre marque, Lotus, en 1952. Son précepte, immuable depuis le début, tient en quelques mots laconiques qui prônent la légèreté : « light is right ». La maison Lotus devient vite une référence dans le monde de la compétition, et notamment dans la discipline reine, la Formule 1. Le Team Lotus, qui a écumé les circuits de 1958 à 1994, a apporté son lot d’innovations en F1, notamment en termes d’architecture châssis ou d’aérodynamique. Outre d’innombrables voitures de course vouées à de nombreuses disciplines, Lotus a vite proposé des produits « road legal » homologués pour la route, mais toutefois taillés pour les gentlemen drivers. La première Lotus de cette catégorie est la Mark 6, petit roadster ultra léger, proposé monté ou en kit à partir de 1952.

Lire la suite sur Motor Legend

colin-chapmanAnthony Colin Bruce Chapman, né le 19 mai 1928 et mort dans la nuit du 15 au 16 décembre 1982 d’une attaque cardiaque dans le château de Ketteringham Hall, siège du Team Lotus, était un ingénieur automobile britannique, créateur de la fabrique d’automobiles sportives Lotus. Il a eu une grande influence dans le sport automobile, et nombre de ses innovations sont devenues des techniques classiques.Lire la biographie de Colin Chapman sur British Pistons

jim-clarkCeci s’adresse à tous les admirateurs de Jim Clark - qui portent en eux, et porteront à jamais, la cicatrice du 7 avril. Une surprise vous attend sur le site YouTube. Vous tapez “Jim Clark, 1966″ dans le moteur de recherche, et vous tombez sur un reportage d’environ 20 minutes (en 3 parties [1]) sur Jim Clark en voyage au Japon du 26 au 29 mars 1966. Celui qui transmet ces images s’appelle “Peacelovers”, un nom peu original et assez mièvre, mais qui convient parfaitement à ce véritable bienfaiteur.De quoi s’agit-il ? Le titre est explicite : l’inauguration de l’ouverture du circuit du Mont Fuji. Imaginez la visite d’un chef d’État, et vous avez à peu près une idée du film qui nous est présenté : arrivée du DC8 de la Japan Airlines, sortie de Jim Clark seul sur la passerelle (de toute évidence on a prié les passagers de patienter dans la carlingue), cohorte de journalistes dans le salon VIP de l’aérodrome, avec bien sûr un interprète, un grand barbu, attaché à sa personne durant tout son séjour. Déplacements dans une Rolls Royce (évidemment !). Et tout le reste à l’avenant, accompagné d’un fond de musique classique obligatoire à cette époque pour tout personnage important en visite dans un pays. A mon avis, il ne manque que les motards pour escorter la Rolls. Mais bon, vous voulez voir Jim Clark sous tous les angles, ou presque ? Vous en aurez plein les mirettes.

Lire la suite sur le site Mémoire des stands.